Les indications géographiques : des innovations à l’échelle internationale

Dans de nombreux pays, les produits alimentaires avec indications géographiques sont des innovations qui peuvent valoriser des traditions alimentaires et des ressources locales. Des chercheurs de l’UMR viennent d’éditer un numéro spécial de la revue World Development, pour un bilan sur ces innovations et en particulier sur le rôle de l’Etat dans leur accompagnement.

A l’échelle internationale, les indications géographiques (IG) sont maintenant considérées comme un outil de développement dans l’agroalimentaire, pour répondre à des enjeux économiques, sociaux et écologiques. A la suite de l'Accord de l'OMC sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce (ADPIC) de 1995, chaque Etat construit son propre cadre institutionnel pour faire émerger, soutenir, garantir et promouvoir des produits sous IG. Une diversité de dispositifs coexiste aujourd’hui entre les différents pays, avec des rôles différents de l’Etat, qui sont étudiés dans le numéro spécial de World Development "Geographical Indications and the Multifaceted Role of the State".

Des expériences sont analysées dans des pays qui ont récemment mis en place une protection des IG, tels que le Brésil, la Colombie, l'Inde, l'Indonésie, le Vietnam, l'Afrique du Sud, le Kenya et les pays d'Afrique de l'Ouest. Des comparaisons sont aussi établies avec l’évolution des IG en Europe et aux États-Unis. Les articles montrent qu’une harmonisation est en cours à l’échelle internationale, avec l’affirmation générale du rôle de l’Etat pour la définition des IG et leur régulation.

La reconnaissance des IG comme un cadre favorisant la production de biens publics (protéger un héritage commun) est au cœur de l’émergence de nouvelles filières de qualité. Toutefois, l’instauration d’un mode de gestion approprié n’est pas donnée, du fait de la multiplicité des objectifs assignés aux IG, du possible désintérêt des acteurs si la valorisation de l’IG reste incertaine, et a contrario d’éventuelles appropriations par un groupe restreint si cette valorisation est avérée.

  • Numéro spécial "Geographical Indications and the Multifaceted Role of the State" coordonné par D. Marie-Vivien et E. Bienabe dans World Development. En ligne : https://www.sciencedirect.com/journal/world-development/vol/98
  • Fournier S., Biénabe E., Marie-Vivien D., Durand C., Sautier D., Cerdan C. (2018). Les indications géographiques au regard de la théorie des communs. Revue internationale des études du développement, 233,(1) : 139-162. DOI : 10.3917/ried.233.0139.

Publiée : 02/05/2018

Cookies de suivi acceptés